Le blog des couples soucieux

devoir conjugal

« Frigide ?? »

« J’ai acquis votre livre pour mon fils. Il est malheureux car il a épousé une femme frigide! Mais vous ne parlez pas de ce problème. Pourquoi ? » Ghislaine (Martinique)

La raison est très simple : la vraie frigidité est un problème trop rare pour être abordé ici ! Avez- vous déjà entendu qualifiée de frigide, une femme vraiment amoureuse ? Revenons un instant à l’introduction du livre : « La sexualité se passe d’abord dans la tête ! » Comme de nombreux auteurs, j’ai tendance à croire que les femmes sans désir ont plus souvent un problème d’ordre relationnel et / ou psychologique, que physique.

Ces derniers sont alors en général résolus par un gynécologue ou un endocrinologue expérimentés. S’il existe des difficultés psychologiques majeures, par ex., à la suite de maltraitance, d’abus, de viol ou de traumatisme lié à un accouchement difficile, il est évidemment nécessaire de faire appel aux compétences d’un/e psychiatre.

Par contre, si dans le cœur d’une femme, vaines attentes, déceptions, frustrations ou ressenti- ment ont effacé la tendresse et l’affection, comment vivrait-elle une sexualité épanouie ??
Comment continuer à désirer celui dont elle était amoureuse ? Comment ne pas ressentir de manques ? Votre fils continue-t-il à séduire celle qu’il aime? À la reconquérir sans cesse ?

À parler avec elle ? À l’écouter ? À se montrer solidaire, attentionné ? Valorisant ? À « cultiver leur jardin d’amour » ? Si votre belle-fille lui sert à tenir la maison, s’occuper des enfants et remplir son « devoir conjugal », son horizon est un peu bouché : elle avait d’autres rêves, d’autres attentes. Suggérez à votre fils de l’interroger à ce propos, de communiquer avec elle, de s’intéresser à elle.

Quand s’accumulent déceptions, contraintes ou restrictions de l’autonomie, n’est-il pas humain de se laisser aller ? De tomber dans la résignation et la dépression ? De laisser son regard et son désir, s’éteindre ? Des rapports physiques par hygiène, devoir, soumission ou habitude ou « pour faire plaisir », sont-ils grisants selon vous ? Il semble naturel de ne guère les souhaiter, sans pour cela être frigide.
En adoptant les idées proposées par le programme, votre fils pourra compléter son information sur le plaisir féminin.

Vous l’avez réalisé, mon objectif est d’aider les couples à trouver un « second souffle ». On atteint ce but assez aisément en recherchant l’harmonie entre le mental et le physique : par un dialogue ouvert, de l’attention et des gestes répétés, quotidiens, de séduction.

S’il trouve sa femme « peu portée au déduit », votre fils peut s’interroger et peut-être modifier certaines de ses attitudes.
Se soucie-t-il déjà de connaître ses attentes — et d’y répondre ? Mérite-t-il son ardeur ?
Il est tellement rare qu’un problème de couple relève de la responsabilité d’un seul des partenaires…
J’espère que ma réponse vous incitera à écouter « l’autre point de vue ».