Le blog des couples soucieux

psychothérapie

"La psychothérapie, c’est trop lent…"


« Durant des années, j’ai été humiliée et violée, d’abord par mon père, puis par des copains de mon ex-. Pour ma thérapeute, je suis une masochiste, qui continue à rechercher l’humiliation dans mes relations. Quand mon mari est là, je n’ose m’exprimer en public de peur de dire des bêtises, j’ai peur de faire ce que je veux, craignant ses colères, peur de lui dire qu’il m’épuise, que j’ai besoin d’air pour sortir de la dépression. Je le  perçois comme narcissique et sadique. (Durant mon coma, il faisait la fête). (…) Surtout,la psychothérapie a des résultats trop lents. Je veux en sortir ! Aidez moi. »

Tania (Suisse)

Votre détresse est palpable. Êtes-vous sûre que les compétences d’une « thérapeute » suffiront ànettoyer vos blessures et vos peurs, à restaurer votre équilibre ? Son rôle est de vous aider àvoir plus clair en vous pour vous apaiser, − pas de vous juger. Un/e psychiatre semble plus in-diqué/e, si une "connexion" entre vous peut s’établir de manière humaine, positive et bienfaisante.

Continuer la lecture

Il redoute de s’engager

Problème : « J’aime un homme plus âgé. Meurtri par une trahison, il n’arrive pas à fermer la porte à son passé sentimental. Il ne parvient donc pas à se montrer stable avec moi, même si ses sentiments sont réels. J’ai essayé de communiquer avec lui en lui conseillant un thérapeute, sans succès. Quels mots dois-je utiliser pour le convaincre que notre relation sera durable ? Merci. » Sybille (France)

Je comprends bien cette situation, l’ayant vécue. Aussi puis-je vous donner un point de vue réfléchi : il peut être prématuré de le pousser à consulter un thérapeute. Pourquoi ? Les raisons ne manquent pas :
• Il n’est probablement pas à l’aise avec l’idée-même de devoir ‘déballer’ son passé auprès d’un(e) psy, – au risque, bien réel, de fondre en larmes devant une personne étrangère ;
• la perspective de devoir y consacrer du temps et de l’argent l’emballe modérément ?
• D’autant qu’il peut sincèrement croire que ‘ça ne lui servira pas à grand-chose’ ;
• la difficulté de consulter un psy, si votre ami a un caractère marqué ou est peu bavard, est de bien ‘accrocher’ dès le début, de bien s’entendre avec le praticien. Or, établir d’emblée un lien de confiance, sans se sentir jugé, n’est pas automatique… Continuer la lecture